Accessibilité

Influenza aviaire H5N8 : des mesures dans le Maine-et-Loire

Durtal, comme 70 autres communes des Basses Vallées Angevines et du bocage Angevin a été déclarée en risque élevé

 Compte tenu des cas d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volatiles qui ont été détectés chez les oiseaux sauvages et dans des élevages commerciaux en Europe, le ministère de l’agriculture a décidé de renforcer les mesures de biosécurité applicables dans les élevages de volailles et de relever le niveau de risque pour la France au niveau « élevé » sur les « zones écologiques à risque particulier » qui concentrent la faune sauvage et »modéré » sur le reste du territoire métropolitain.

A noter qu’aucun cas d’influenza aviaire n’a été détecté en France à ce jour et que ce virus nr présente pas de risque pour l’homme.

Dans le Maine-et-Loire, cette décision se traduit de la façon suivante :

– les 71 communes des zones humides des « Basses Vallées Angevines », dont Durtal :

Loire-Authion, Le Lion d’Angers, Angers, Aviré, Avrillé, Baracé,

Beaucouzé, Bouchemaine, Erdre-en-Anjou, Briollay, Brissarthe,

Cantenay-Epinard, Chambellay, Champigné, Chenillé-Champteusse, La Chaplelle-Saint-Laud, La Chapelle-sur-Oudon, Châteauneuf-sur-Sarthe, Jarzé-Villages, Cheffes, Morannes-sur-Sarthe, Cherré, Contigné, Corzé,Daumeray, Durtal, Ecouflant, Ecuillé, Feneu, Grez-Neuville, Huillé, La Jaille-Yvon, Juvardeil, Lézigné, Louvaines, Marcé, Marigné, Longuenée-en-Anjou, Miré, Montguillon, Montreuil-Juigné,  Montreuil-sur-Maine, Verrières-en-Anjou, Le Plessis-Grammoire, Les Ponts-de-Cé, Querré, Saint-Barthélémy-d’Anjou, Saint-Clément-de-la-Place, Sainte-Gemmes-sur-Loire, Saint-Martin-du-Bois, Saint-Sauveur-de-Flée, Sarrigné, Sceaux-d’Anjou, Seiches-sur-le-Loir, Soeurdres, Soulaire-et-Bourg, Thorigné-d’Anjou,Tiercé, Trélazé, Villevèque

– et du « Bocage Angevin » :

Armaillé, Carbay, Challain la Potherie, Noellet, Pouancé, La Prévière, Saint-Michel-et-Chanveaux, Le Tremblay,

sont déclarées en niveau à risque élevé en raison du passage important d’oiseaux sauvages.

Les principales mesures de biosécurité renforcées à mettre en œuvre sans délai dans ces communes sont :

- le confinement (ou la protection par des filets) des élevages

non-commerciaux (c’est à dire les basses-cours des particuliers) est

obligatoire sans dérogation possible ;
- le confinement (ou la protection par des filets) des élevages

commerciaux est également appliqué ; une dérogation est permise sous couvert de réduction des parcours et validation du plan de biosécurité par une visite du vétérinaire sanitaire. 130 élevages sont concernés dans cette zone ;
- les rassemblements et expositions d’oiseaux restent autorisés aux

seuls oiseaux d’ornement détenus et élevés de manière systématique en cage ;
- le transport et l’utilisation des appelants et les lâchers de pigeons

sont interdits ;
- le transport et le lâcher de gibiers à plume sont interdits.

Concernant les autres communes du département situées en zone à risque modéré, les mesures de biosécurité définies dans l’arrêté ministériel du 8/02/2016 s’appliquent.

La DDPP de Maine-et-Loire se tient à disposition des éleveurs afin de répondre à toutes questions utiles.

Carte des zones à risque

jpg - 166.7 ko
La carte des zones de risque

 

Ce qu’il faut faire

png - 248.7 ko